L'Avare

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Programmation 2015/2016

vignetteavare

Samedi 27 février 2016 
20h30

BLOIS (41)

Théâtre Monsabré

11 rue Bertheau - Blois-Vienne

Réservations : 06 95 20 86 25

 

Dimanche 28 février 2016 
15h00

Luçay le Mâle (36)

Village Retraite Espoir Soleil

Rue de la Taille - Luçay le Mâle

Réservations : 02 54 40 43 97

 

Télécharger le texte de l'adapation en cliquant ICI

« L'Avare »

d’après Molière

Une pièce produite par le Théâtre de l'Ecale

Contact : 05 55 36 80 27 - 06 21 93 77 57 - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Avec : 
Mégane Marchesin, Laure Vigouroux, Francine Xavier, Eric Champigny, Laurent Duffau, Roland Herpin-Giret, Aymeric Desport, Michel Le Page, Frédéric Pinat, Colette Teillout

Photos : Guy Bayles
Décor : Roger Normand
Affiche : Lise Desport
Adaptation et mise en scène : Jean-Claude Desport
Aide technique : Simone Desport, Béatrice et Roland Herpin-Giret


« L’Avare » est une farce marquée par des coups de gueule, des quiproquos et de grosses plaisanteries. Mais c’est une farce avec des enjeux plutôt âpres. Le personnage principal est le vieil Harpagon, cousu d’or mais très avare. Il a la ferme intention d’épouser pour son plaisir personnel une jeunette bien tendre, qui pourtant est amoureuse de Cléante, le propre fils d’Harpagon. La mère de la jeunette en question est d’ailleurs prête à la « vendre ». Elise, la fille d’Harpagon aime l’intendant et serviteur de l’Avare, un gaillard qui a bien compris que le meilleur moyen pour s’en sortir, c’est la flatterie. Mais Harpagon souhaite un moment que sa propre fille soit morte plutôt qu’un autre mariage lui coûte de l’argent. Frosine, une entremetteuse rouée, tente d’aider un peu tout le monde, non sans remplir sa bourse. Cléante est prêt à s’endetter « jusqu’à l’os » pour maintenir son train de vie. Et ainsi de suite, c’est à qui trompera le plus son voisin. Quant à Maître Jacques, le valet-chauffeur-cuisinier, celui qui a voulu dire la vérité à tout prix, il ne récolte que des coups de pied au cul.

Et la morale là-dedans, où est-elle ? Espérons qu’au bout du compte, ce sera l’amour qui sera le plus fort, mais le moins qu’on puisse dire est que la vie ne fait pas de cadeau, et que l’argent est le moteur de bien des choses.Une adaptation pour tout public d’une histoire vieille comme le monde, dont probablement il vaut mieux rire, de peur d’en pleurer.

 

Une production du théâtre de l’ECALE.
La troupe est subventionnée par la Ville de Limoges et le Conseil Départemental de la Haute-Vienne